ÉCOLE MAURICE BÉJART

Maurice Béjart, une école en partage


Construire deux écoles sur un seul et même mandat : peu de villes ont eu à relever ce défi induit par la dynamique démographique d’un territoire plein d’atouts. Certains diront que c’est une aberration, qu’il fallait prévoir une capacité d’accueil plus importante lors de la construction de l’école Nelson Mandela.

À y réfléchir, cette option était-elle vraiment envisageable ? Quels parents souhaiteraient voir leur enfant, âgé de 6 à 11 ans, scolarisé dans un établissement de la taille d’un collège ? Quelles conditions d’apprentissage pourraient être proposées dans de telles conditions ?

Maurice Béjart, c'est une école...mais pas seulement ! Dans la feuille de route de cette future quatrième école de Juvignac, les élus ont également voulu proposer des mètres carrés en partage. Ainsi, associations et habitants pourront bénéficier d’une salle d’évolution de 140 m2, intégrée au bâtiment, et d'un nouveau centre de loisirs, qui accueillera les jeunes Juvignacois les mercredis et pendant les vacances scolaires.

Les travaux de la nouvelle école Maurice Béjart et de sa salle d'évolution Rudolf Noureev ont débuté à l'été 2020 par les premiers travaux de terrassement, pour une ouverture prévue en deux temps : une ouverture partielle en septembre 2021 et une livraison totale de l'école et de la salle d'évolution en décembre 2021.

Concerter et écouter les futurs usagers avant de commander


Au moment d’imaginer cette nouvelle école, les élus de la Ville ont ainsi choisi de se concentrer sur les grands principes qui guideront la conception de ce nouvel équipement public. Pour les accompagner dans leur réflexion et livrer un équipement qui correspond concrètement aux attentes et aux besoins de ceux qui l’investiront, le Maire Jean-Luc Savy et ses équipes ont choisi de faire appel à l’expertise d’usage de professionnels : enseignants, coordinatrice de l’Éducation Nationale, présidents de l’école de danse de la Ville, ATSEMS, référents et animateurs périscolaires de la commune.

L’objectif premier ? Concevoir un bâtiment facile à vivre et à entretenir pour l’ensemble de ses utilisateurs et gestionnaires.

Une construction durable


La Ville de Juvignac a reçu le plus haut niveau de récompense de la démarche "Bâtiments Durables d'Occitane" (BDO), pour la construction bois de l'école Maurice Béjart et de sa salle d'évolution en phase de conception : le BDO Or !

Cette distinction a été décernée à l’issue de la commission d'arbitrage animée par l'organisme certificateur ENVIROBAT qui s’est tenue à l’Hôtel de Ville. Les deux prochaines phases de la démarche, celle de la "réalisation du bâtiment" puis celle de l'"usage du bâtiment" seront l'occasion pour la Ville, l'équipe d'architectes et l'ensemble des entreprises de confirmer ce niveau d’exigence et… d’excellence !

Penser et construire l'école de demain...


La volonté de la municipalité a été de mettre à disposition des Juvignacois un bâtiment low-tech. Low tech, vraiment ? Par opposition au high tech, le low-tech (littéralement «basse technologie») met en œuvre de technologies simples, durables et peu onéreuses, proposant le meilleur compromis pour servir la qualité environnementale (en utilisant notamment de manière raisonnée les ressources naturelles) tout en préservant la qualité d'usage, le confort et le bien-être des utilisateurs.

Autre axe prioritaire pour la construction de l’école Maurice Béjart, son intégration dans le quartier.
Par exemple, le positionnement des bâtiments a été envisagé de manière à protéger les riverains des nuisances sonores. Pour favoriser les modes de déplacements doux, des voies de circulation réservées aux piétons, aux vélos et aux trottinettes seront créées sur des cheminements préexistants. Pour ceux qui ne pourront se passer de leur voiture, un carrefour giratoire destiné à desservir l’école aura vocation à faciliter et fluidifier la circulation dans le quartier.

C’est le projet présenté par R+4 Architectes et Kombo Architectes qui a été retenu parmi 77 dossiers déposés. Alors à quoi ressemblera ce nouveau groupe scolaire ?
Un bâtiment en R+1, constitué de trois volumes, deux pour le scolaire et un pour la salle d'évolution, reliés par une passerelle.

L’équipe lauréate a enfin su entendre la volonté de la Ville de faire la part belle à la dimension paysagère. Une large majorité de la parcelle est végétalisée à l'aide d'essences végétales méditerranéennes, résistantes et économes en eau, nécessitant ainsi peu d'entretien. La plupart des arbres existants sera conservée : seuls 5 seront abattus.

Prendre en compte les riverains et les usagers : les évolutions du projet


Conscients des inquiétudes induites par la proximité d’un tel chantier, le Maire Jean-Luc Savy et son équipe se sont attachés à aller à la rencontre des riverains, accompagnés par les cabinets d’architectes qui accompagnent la Ville pour la construction de ce nouveau groupe scolaire.

Plusieurs réunions d’information ont permis de vous présenter les différentes étapes du chantier, de vous informer sur les mesures prises pour limiter les nuisances et de répondre à vos questions.

Datée du 29 juin 2020, la dernière réunion d'information publique a ainsi permis de présenter les évolutions du projet architectural et paysager, prenant en considération les appréhensions et observations des riverains. Parmi les améliorations proposées par l'architecte Bernard Brot (cabinet R+4), une réduction significative de l'emprise totale des bâtiments scolaires initialement fixée à 3 350 m2.

L'objectif ? Ramener les 16 classes initialement programmées au nombre de 12 (6 maternelles et 6 élémentaires), pour une surface couverte totale de 2 296 m2, ce qui éloignera davantage encore les cours de récréation des parcelles voisines et permettra par ricochet le développement d'une bande végétale tampon plus large.

Déposé le temps du chantier, un plateau sportif sera également réinstallé dans le parc attenant. Afin de réduire les coûts, le projet de toitures végétalisées laissera place à des toits terrasses.



Le projet en quelques chiffres