TOUT SAVOIR SUR LA FUTURE ZONE À FAIBLES ÉMISSIONS (ZFE)

Dans le cadre de la loi LOM (Loi d’Orientation des Mobilités) et pour répondre à l’urgence sanitaire et climatique, la Ville de Juvignac accompagne, aux côtés de Montpellier Méditerranée Métropole, l’instauration d’une Zone à faibles émissions (ZFE) sur le territoire métropolitain à partir du 1er juillet 2022. Une démarche qui ne peut faire l’économie d’une sensibilisation sur ses enjeux et d’un accompagnement à destination des citoyens qui seront progressivement et directement concernés.

Une ZFE, qu’est-ce que c’est ?

Une zone à faibles émissions (ZFE) est un périmètre dans lequel la circulation des véhicules les plus polluants est limitée ou interdite. Qui est concerné ? Les particuliers et les professionnels, ainsi que tous les véhicules à moteur : deux-roues motorisés, voitures, utilitaires, bus, camions et poids lourds, 7j/7 et 24h/24.
164

C’est le nombre de véhicules immatriculés à Juvignac concernés dès le 1er juillet 2022 : 110 voitures particulières (non-classées) ; 45 fourgonnettes (VUL) (non-classées et Crit’air 5 ; 9 poids-lourds (non-classées et Crit’air 5)
32300

C’est le nombre de véhicules utilitaires légers immatriculés à ce jour sur la Métropole, dont un peu plus d’un tiers sont concernés par les restrictions débutant au 1er juillet 2026.

Les dates à retenir

La Métropole a opté pour un déploiement progressif de la ZFE, en deux phases :

  • PHASE 1 : du 1er juillet 2022 au 30 juin 2026. Elle concerne 11 communes : Castelnau-le-Lez, Clapiers, Grabels, Jacou, Juvignac, Lattes, Le Crès, Montpellier, Pérols, Saint-Jean-de-Védas, Villeneuve-lès-Maguelone
  • PHASE 2 : au 1er juillet 2026, l’ensemble des 31 communes de la Métropole sera concerné.

Comment ça marche ?

Au sein d’une ZFE, les restrictions de circulation sont progressives. Les véhicules sont différenciés selon leur niveau d’émissions de polluants atmosphériques via le système des vignettes Crit’Air, au nombre de 6 et allant de 5 à 1. Vous souhaitez connaître le niveau de Crit’Air correspondant à votre véhicule ? Consultez votre carte grise.

L’État a fixé des dérogations permanentes à l'échelle nationale, des dérogations temporaires spécifiques seront également appliquées sur le territoire métropolitain.

Les véhicules pouvant bénéficier d’une dérogation permanente :
Les titulaires d’une carte mobilités inclusion stationnement
Les engins agricoles et de chantier
Les véhicules prioritaires
Les véhicules avec facilité de passage comme les ambulances ou les véhicules d’intervention sur autoroute ou sur réseaux de gaz et électricité
Les véhicules de collection avec un certificat d’immatriculation de collection - Rubrique Z1
Uniquement pour des déplacements occasionnels.

Véhicules pouvant bénéficier d’une dérogation temporaire de 3 ans supplémentaires par rapport à la date d’interdiction initiale, afin de permettre la circulation sur les axes principaux de Montpellier et des dix communes alentours (autoroutes, routes principales, accès aux parkings P+Tram) :
Les véhicules assurés « petit rouleur »
Les véhicules roulant à l’E85 (carburation d’origine ou suite à l’installation d’un boitier homologué)
Les véhicules identifiés VASP (véhicule automoteur spécialisé) type camping-car, ambulance, corbillard, dépanneuse, grue, benne à ordure (voir rubrique J1 de la carte grise)
Les véhicules pour les marchés de plein vent comme les foodtrucks
Les poids-lourds Crit’Air 3 ou 4 roulant au B100 ou HVO dont le propriétaire est une PME de moins de 250 salariés ayant engagée un plan de verdissement de sa flotte compatible avec la ZFE.

Certains parcs d’activités sont aussi qualifiés de « dérogatoires » . Ce sera le cas pour Courpouyran à Juvignac.

BON À SAVOIR : l'assurance « petit rouleur » (moins de 8 000 km par an) permet à un véhicule de circuler dans la ZFE même si la vignette Crit’Air est interdite. Le dossier pour bénéficier d’une dérogation est disponible sur le site de montpellier3m et aux guichets de la Métropole.

Pourquoi mettre en place une ZFE ? L’enjeu de la pollution atmosphérique

Mettre en place une ZFE, c’est protéger les populations dans les zones denses les plus polluées en encourageant les mobilités actives, la circulation en transports en commun ou en véhicules propres, l'auto-partage ou le covoiturage.
Déjà adopté par 247 villes ou métropoles européennes, ce dispositif est reconnu comme particulièrement efficace pour réduire les émissions provenant du trafic routier, l’une des principales sources de pollution en ville.
« Préservation de l’environnement et santé sont au coeur de nos préoccupations. Nous sommes tous concernés par la pollution atmosphérique et ses conséquences sur notre cadre de vie comme sur notre santé et celle de nos enfants. Il est nécessaire de ne pas rester les bras croisés pour s’attaquer à cette cause de santé publique ! »

Jean-Luc Savy, maire de Juvignac

En plus des décès causés par les différents émissions polluantes, les pathologies et symptômes occasionnés notamment dans les grandes agglomérations sont nombreux : troubles et des affections respiratoires (dont l’asthme par exemple), symptômes irritatifs, toux et bronchites, troubles cardio-vasculaires, etc.
40000 décès

sont imputables chaque année à une exposition à des concentrations trop élevées en ozone, dioxyde d’azote et particules fines (source : Santé Publique France)
Dans l’Hérault, ces concentrations qui détériorent la qualité de l’air concernent majoritairement la Métropole de Montpellier. Les transports, et principalement de l'automobile sont responsables sur le territoire de :

Quelles sont les aides qui existent ?

Mises en place par l’État ou les collectivités, plusieurs aides financières destinées aux professionnels et aux particuliers existent si vous devez ou souhaitez changer de véhicule : prime à la conversion, bonus écologique, prime au rétrofit électrique (transformation d’un moteur thermique en électrique), aides spécifiques pour les professionnels.
« Nécessaire, la ZFE suscite de légitimes interrogations sur son volet économique et social. Ardemment convaincu de son importance en matière de santé et pour amplifier le ‘choc des mobilités’ déjà engagé, il m’importe tout autant d’assurer un accompagnement des habitants, à la hauteur de leurs besoins réels.

C’est pourquoi je m’impliquerai pour que soient mobilisés des moyens humains et financiers concrets, efficaces et solidaires sur le territoire métropolitain. Pourquoi, par exemple, ne pas mettre en place des conseillers métropolitains capables d’orienter et accompagner les habitants vers une mobilité alternative ? Par ailleurs, il apparaît primordial de réfléchir ensemble à des aides directes complémentaires à celles existantes. Elles seront nécessaires pour soutenir les foyers et les entreprises les plus modestes, plus dépendants de la voiture et plus en difficulté pour financer l’achat d’un nouveau véhicule. »

Jean-Luc Savy, maire de Juvignac

Une question ?

La Métropole vous renseigne : posez vos questions au 04 99 54 76 76 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30) ou sur zfe@montpellier3m.fr